Photo: Di Atom (Facebook)

Photo: Di Atom (Facebook)

À DIFFUSER LARGEMENT : La déclaration qui suit circule publiquement depuis environ 20h, le 21 décembre 2015, afin d’être endossée par des groupes ainsi que par des individus, de façon à supporter les trois activistes qui ont été arrêtées lors de l’action d’arrêt du pipeline de ce matin-là. Depuis, elles ont toutes été libérées avec des conditions minimales. Ce sont d’excellentes nouvelles, mais leur lutte n’est pas terminée! (Pour plus de mises à jour, visiter The People versus Enbridge line 9 on Facebook)

Cette déclaration est présentement endossée par 64 groupes et pus de 500 individus. La liste complète des groupes est au bas de l’article.

Pour y ajouter votre voix et/ou celle de votre groupe ou organisme, il suffit de remplir le formulaire suivant: http://tinyurl.com/solidaresistligne9.

Si vous souhaitez faire un don au fonds de défense légale par transfert intérac, veuillez l’envoyer à stopline9@gmail.com avec le mot de passe: solidarity.


Solidarité avec les résistant-e-s à la ligne 9 d’Enbridge

Le 21 décembre 2015

Nous sommes solidaires avec les personnes qui ont agi paisiblement pour arrêter le flot de l’oléoduc 9 d’Enbridge ce matin, le 21 décembre 2015, en territoire Anishinabe près de soi-disant «Sarnia». Il s’agit de personnes bien ancrées dans leurs communautés et dédiées à l’agriculture biologique, à la sensibilisation environnementale et à contrer la violence faite aux femmes. Elles ont fait preuve d’un grand courage en défendant leurs communautés, et les nôtres, après avoir épuisé toutes les avenues légales.

L’absence de consultation valide, l’absence de consentement de Premières Nations et d’autres communautés affectées, les impacts en aval de l’exploitation des sables bitumineux, le piètre état de ce pipeline quadragénaire et le manque de mesures sérieuses pour rendre son opération sécuritaire sont autant de raisons – mais non les seules – pour refuser la récente inversion de ce pipeline.

Comme plus de Canadiens et de Canadiennes devraient le savoir, la réserve de la Première Nation d’Aamjiwnaang est entourée par plus de 60 raffineries de pétrole et usines pétrochimiques qui produisent collectivement plus de 40% de la production canadienne annuelle de carburants et de produits chimiques à base de pétrole. Aamjiwnaang est aussi un carrefour pour le réseau pipelinier canadien. Les impacts sanitaires de cette concentration industrielle sur les membres de la communauté vivant sur la réserve sont dévastateurs et incluent des taux accrus de cancers rares, un taux accru de fausses couches, et un ratio débalancé de naissances de garçons et de filles.

Malheureusement, la communauté d’Aamjiwnaang n’a pas été consultée adéquatement, en vertu de ses droits constitutionnels et issus de traités, à propos de l’augmentation de la capacité et de l’inversion du flot de l’oléoduc 9. Ceci, en dépit du fait que la disponibilité accrue du pétrole brut des sables bitumineux a déjà résulté en la proposition de nouvelles raffineries dans la soi-disant Vallée chimique qui entoure Aamjiwnaang.

C’est dans ce contexte de racisme environnemental que Vanessa Gray, Sarah Scanlon et Stone Stewart ont décidé d’agir pour arrêter l’oléoduc 9 (« ligne 9 ») au matin du 21 décembre.

Aamjiwnaang n’est pas le seul endroit où la ligne 9 met les gens et les communautés en danger. L’oléoduc 9 traverse toutes les principales rivières qui aboutissent dans le Lac Ontario, duquel des millions d’Ontariens et d’Ontariennes dépendent pour leur eau potable. Au Québec, c’est l’eau potable d’environ 3 millions de personnes qui est à risque, puisque la ligne 9 traverse plusieurs rivières qui se jettent dans le fleuve Saint-Laurent, dont la rivière des Outaouais et la rivière des Mille-Îles. Richard Kuprewicz, un expert américain en sécurité de pipelines, a évalué qu’il y a 90% des chances pour que l’oléoduc connaisse un déversement significatif dans les 5 premières années de son utilisation.(1)

La mobilisation populaire contre la ligne 9 a commencé il y a des années. Tous les moyens légaux et plus traditionnels pour faire valoir cette position ont été déployés, y compris de nombreuses représentations devant les élu-e-s. Pourtant, la plupart des instances qui se targuent de protéger la population ont laissé ce projet aller de l’avant. Même le gouvernement fédéral de Justin Trudeau, qui s’était engagé à revoir le processus d’évaluation des pipelines de l’Office National de l’Énergie (ONÉ) pour le rendre plus transparent et démocratique, est resté inactif sur le sujet jusqu’ici. La population est donc en droit d’accuser le fédéral, l’ONÉ et Enbridge de mettre complicitement des vies en danger, et en droit d’agir lorsque ces instances échouent à le faire.

Nous estimons que tous ceux et toutes celles qui sont préoccupé-e-s pour la sécurité et le bien-être de la terre, de l’eau et de la vie ont le droit de défendre nos communautés contre ce projet désastreux, dont les conséquences se font déjà sentir au quotidien. Lorsque les gens en sont à risquer d’être judiciarisé-e-s pour se faire entendre, c’est que la gravité de la situation l’exige.

Protéger la Terre Mère n’est pas un crime, c’est une responsabilité.

1. http://toronto.mediacoop.ca/story/enbridge-and-national-energy-board-push-open-line/33578


Lundi le 11 janvier 2016 à 19:00,
cette déclaration est endossée par :

  1. 350 Ottawa
  2. ACAB Media (Anti-Capitalist/Anarchist Based Media)
  3. Action Environnement Basses Laurentides
  4. Alerte Pétrole Rive-Sud
  5. Association pour la protection des espaces verts de l’Île Bizard
  6. Bombe sur Rail, initiative citoyenne de cyclomobilisation
  7. 350.org
  8. Cercle des Premières Nations de l’UQAM (CPNUQAM)
  9. CESAR – Continuing Education Students’ Association of Ryerson
  10. Chorale du peuple (Occupons Montréal)
  11. Citizens Climate Lobby (Montreal)
  12. Coalition Against Israeli Apartheid (CAIA), Toronto
  13. Coalition Vigilance Oléoducs
  14. Collectif anarchiste Emma Goldman
  15. Collectif de résistances infinies (CRI) : collectif autonome, féministe et écologiste actif au Bas-St-Laurent.
  16. Collectif le Récif
  17. Comité des Citoyens et Citoyennes pour la Protection de l’Environnemet Maskoutain (CCCPEM)
  18. Comité de vigilance environnementale de L’est de Montréal (CVEEM)
  19. Contre les bitumineux
  20. Convoi-citoyen
  21. CPT-Indigenous Peoples Solidarity project
  22. CUPE 3903 First Nations Solidarity Working Group
  23. Divest Dal
  24. Divest McGill
  25. ECO (Étudiant(e)s contre les oléoducs)
  26. East End Against Line 9
  27. Enjeux énergies et environnement
  28. G.A.P.P.A.
  29. Great Lakes Commons Map
  30. Greenpeace Canada
  31. Groupe HumaniTerre, association étudiante au HEC Montréal
  32. Hamilton Chapter of the Council of Canadians
  33. International Jewish Anti-Zionist Network (IJAN), Canada
  34. International Socialists
  35. Jane Finch Action Against Poverty (JFAAP)
  36. Journal Droit de parole, droitdeparole.org
  37. Justice Climatique Montréal / Climate Justice Montreal
  38. London Chapter, Council of Canadians
  39. Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire
  40. Manitoba Energy Justice Coalition
  41. Montreal chapter, Council of Canadians
  42. Network for the elimination of police violence
  43. No More Silence
  44. NON à une marée noire dans le Saint-Laurent
  45. Peterborough and Kawarthas chapter, Council of Canadians
  46. Pipeleaks.org
  47. Radio-BED
  48. Regroupement citoyen contre les bitumineux et pour le développement durable
  49. Résistance Animale
  50. Rising Tide, Vancouver – Coast Salish Territories
  51. Saint-Antoine-de-Tilly-Milieu de vie
  52. Solidarité NABRO – Solidarité avec la Nation Anishinabe (Algonquine) du Bassin versant de la Rivière des Outaouais
  53. SOS Territoire
  54. Stop Oléoduc Bellechasse-Lévis
  55. Stop Oléoduc Capitale nationale
  56. Stop Oléoduc Kamouraska
  57. STOPC51TO
  58. Streams of Justice
  59. Toronto 350.org
  60. Toronto Seed Library (www.torontoseedlibrary.org)
  61. Toronto West End Against Line 9
  62. United Jewish People’s Order – Toronto
  63. Urban Eatin Landscapes
  64. Women in Solidarity with Palestine (WSP), Toronto

… Et plus de 500 individus oeuvrant dans des milieux variés: Patricia Domingos, Chef du Parti Équitable et ex-mairesse de Sainte-Justine-de-Newton, des travailleuses de la santé, des travailleurs et travailleuses sociales, des enseignant-e-s à tous les niveaux, des détenteurs et détentrices de doctorat, des agriculteurs bio, des scientifique muselés et dégoûtés, des ingénieurs et ingénieuses, des personnes retraitées, des entrepreneur-e-s, des mères, des pères, un ex contracteur pour Enbridge, des étutiant-e-s, des réalisateurs, des artistes, des apiculteurs et apicultrices, des organisateurs et organisatrices communautaires, et bien plus.