directlyaffected01

Via directementtouche.tumblr.com :

L’office national de l’énergie nous dit que les seules personnes qui peuvent s’exprimer aux audiences sur la Ligne 9 et d’autres pipelines sont celles qui se qualifient en tant qu’individu «directement touché/e». Ceci fait référence aux personnes avec une connaissance spécialisée au sujet des pipelines ou à ceux qui vivent à moins d’un kilomètre du pipeline lui-même. Nous considérons que ce sont de fausses prétentions : nous sommes TOUS/TOUTES directement touchéEs. Nos communautés, nos aliments, nos terres, notre eau, notre air et notre futur sont tous touchés par l’acheminement du pétrole provenant des sables bitumineux avec la Ligne 9, le pipeline Énergie Est de TransCanada, le pipeline Montréal – Portland, et tous les autres pipelines. Exprimez comment vous êtes directement touchéEs, de la façon la plus significative pour vous:

1. Écrivez sur un papier pourquoi vous êtes touchéEs par l’inversion du flux dans le pipeline de la Ligne 9, Montreal-Portland, TransCanada Énergie Est et/ou par les sables bitumineux

2. Écrivez en dessous «Je suis #directementtouchéE» avec un crochet dans un carré juste devant

3. Prenez une photo de vous-mêmes! (Pensez à l’endroit où vous prenez la photo: avec votre communauté? Devant une forêt ou une rivière que vous aimez? Devant le pipeline?)

4. Envoyez votre photo à directementtouche@gmail.com ou par message Facebook sur cette page.

5. Partagez dans vos réseaux!

De plus, nous voudrions préciser que, bien que nous soyons tous/toutes directement touchéEs, il est important de reconnaitre que les communautés de première ligne sont plus sévèrement et immédiatement affectées, telles que les communautés autochtones qui ressentent les effets et combattent les avancées de l’extraction dangereuse de ressources dans le cadre du capitalisme depuis bien plus longtemps que nous. À travers #directementtouchéE, nous voulons renverser le vocable de l’ONÉ tout en ajoutant nos voix à l’opposition de première ligne en solidarité contre la destruction de la terre, le racisme de l’état colonial, la mise en péril de nos ressources en eau et l’exacerbation des changements climatiques qui nous menacent tou(te)s.